Les hommes aussi sont complexés

Publié le par PHILIPPE Blandine

Coucou les amis,

Aujourd'hui, je vais vous parler des hommes et de leurs complexes! Et oui, les complexes physiques ne sont pas réservés aux femmes, beaucoup d'hommes n'aiment pas leur corps et tentent eux aussi de le dissimuler.

"Comme mon ventre ne se voit pas sous ma chemise, j’ai l’impression de révéler un secret quand je suis torse nu." La quête stérile d’un corps "parfait" ne concerne pas que les femmes, même s’il serait tentant de le croire, étant donné ce qu’on entend sur le rapport au corps.
Des études suggèrent cependant qu’à l’inverse des femmes, généralement attentives à leur poids, les hommes se trouvent souvent trop maigres et se concentrent sur la musculation. Mais un corps "viril" est censé remplir toute une série de critères, sans parler des préjugés vis-­à-­vis de ceux qui n’atteignent pas cet idéal. Une étude a montré que les hommes associaient le surpoids à un "manque de volonté", alors qu’un corps mince et musclé était lié à un sentiment "de confiance en soi et de force dans les rapports sociaux".
Selon les spécialistes de la santé mentale, les hommes peuvent avoir plus de mal à parler de leurs complexes et à savoir comment les gérer. Bien que nos cultures valorisent plus largement, ces derniers temps, différents types de physiques masculins et féminins, les hommes se sentent encore stigmatisés quand il s’agit d’évoquer leur mal­-être physique.
Afin de démontrer que le rapport au corps est parfois difficile pour les hommes de tous âges et de toutes corpulences, l’équipe du HuffPost Women a photographié 19 hommes torse nu, de la vingtaine à la soixantaine, et discuté avec eux, en toute franchise, de leurs complexes. On vous prévient tout de suite: les hommes aussi peuvent se sentir mal dans leur peau, et il n’y a pas de honte à ça.

"J’ai horreur de me pencher en avant quand je suis assis: je déteste quand mon ventre déborde par ­dessus ma ceinture. Quand je suis torse nu, j’essaie de rester allongé ou incliné, pour que mon torse soit en position étirée. Je passe aussi mon temps à contracter mes abdos et mes bras. La tension et les courbatures dues à l’effort me font du bien." "J’ai toujours voulu avoir une silhouette bien plus fine, et même si je ne suis pas très gros, j’aimerais être plus mince. Discuter de tout ça m’a fait prendre conscience que je souffre d’une forme de dismorphophobie mineure."

"J’ai horreur de me pencher en avant quand je suis assis: je déteste quand mon ventre déborde par ­dessus ma ceinture. Quand je suis torse nu, j’essaie de rester allongé ou incliné, pour que mon torse soit en position étirée. Je passe aussi mon temps à contracter mes abdos et mes bras. La tension et les courbatures dues à l’effort me font du bien." "J’ai toujours voulu avoir une silhouette bien plus fine, et même si je ne suis pas très gros, j’aimerais être plus mince. Discuter de tout ça m’a fait prendre conscience que je souffre d’une forme de dismorphophobie mineure."

"Je suis lucide vis-­à­-vis de mon corps. Je prends soin de moi, je fais beaucoup de sport, mais je sais que je n’ai plus 30 ans. Je vois beaucoup de gars de mon âge qui font un peu peine à voir, physiquement, et je suis bien décidé à faire ce qu’il faut pour que ça ne m’arrive pas." "J’ose à peine le dire, mais il m’arrive d’appuyer de chaque côté de mon estomac pour essayer de me convaincre que j’ai des bons abdos. Je ne parle pas souvent à mes amis de ces complexes, parce que j’ai remarqué que la plupart d’entre eux sont mariés et en surpoids. Je ne sais pas vraiment s’il y a un rapport de cause à effet mais, du coup, on ne parle pas beaucoup de nos complexes physiques."

"Je suis lucide vis-­à­-vis de mon corps. Je prends soin de moi, je fais beaucoup de sport, mais je sais que je n’ai plus 30 ans. Je vois beaucoup de gars de mon âge qui font un peu peine à voir, physiquement, et je suis bien décidé à faire ce qu’il faut pour que ça ne m’arrive pas." "J’ose à peine le dire, mais il m’arrive d’appuyer de chaque côté de mon estomac pour essayer de me convaincre que j’ai des bons abdos. Je ne parle pas souvent à mes amis de ces complexes, parce que j’ai remarqué que la plupart d’entre eux sont mariés et en surpoids. Je ne sais pas vraiment s’il y a un rapport de cause à effet mais, du coup, on ne parle pas beaucoup de nos complexes physiques."

"Mon rapport au corps a beaucoup changé au fil des années. J’étais assez potelé quand j’étais petit, et ça me rendait très mal à l’aise. Mais j’ai vécu quelques expériences importantes — comme le fait de devoir fréquenter des bains publics au Japon, par exemple, ou de faire des compétitions de natation — qui m’ont rendu plus à l’aise avec la nudité quand je suis arrivé au lycée. Récemment, les choses ont été plus difficiles. Je me sens souvent un peu faible et chétif, et j’aimerais être plus musclé. J’ai la chance de connaître des gens très francs sur leurs complexes physiques, et ça fait toute la différence. Quand un ami commence à se confier, tous les autres peuvent l’imiter!"

"Mon rapport au corps a beaucoup changé au fil des années. J’étais assez potelé quand j’étais petit, et ça me rendait très mal à l’aise. Mais j’ai vécu quelques expériences importantes — comme le fait de devoir fréquenter des bains publics au Japon, par exemple, ou de faire des compétitions de natation — qui m’ont rendu plus à l’aise avec la nudité quand je suis arrivé au lycée. Récemment, les choses ont été plus difficiles. Je me sens souvent un peu faible et chétif, et j’aimerais être plus musclé. J’ai la chance de connaître des gens très francs sur leurs complexes physiques, et ça fait toute la différence. Quand un ami commence à se confier, tous les autres peuvent l’imiter!"

"J’ai passé la majeure partie de ma vie à détester mon corps. En partie parce que j’étais un ado très baraqué, et aussi parce que j’étais gay, et que je n’avais pas l’impression d’être suffisamment désirable physiquement. Mais la musculation et tous ces tatouages ont complètement changé ma manière de voir les choses. J’ai enfin pu exprimer toutes ce que j’avais gardé en moi — ce que j’aimais, ce qui m’effrayait, ce qui me hantait —, et avoir le sentiment que mon corps m’appartenait vraiment, parce que j’en avais fait ce que je voulais qu’il soit. Maintenant, quand je retire mon tee­-shirt, j’aime ce qu’il y a en dessous."

"J’ai passé la majeure partie de ma vie à détester mon corps. En partie parce que j’étais un ado très baraqué, et aussi parce que j’étais gay, et que je n’avais pas l’impression d’être suffisamment désirable physiquement. Mais la musculation et tous ces tatouages ont complètement changé ma manière de voir les choses. J’ai enfin pu exprimer toutes ce que j’avais gardé en moi — ce que j’aimais, ce qui m’effrayait, ce qui me hantait —, et avoir le sentiment que mon corps m’appartenait vraiment, parce que j’en avais fait ce que je voulais qu’il soit. Maintenant, quand je retire mon tee­-shirt, j’aime ce qu’il y a en dessous."

"Torse nu, je me sens libre et à l’aise. Je considère mon corps comme une œuvre d’art. Il y a des endroits que j’aimerais améliorer, mais je suis vraiment content de ma silhouette."

"Torse nu, je me sens libre et à l’aise. Je considère mon corps comme une œuvre d’art. Il y a des endroits que j’aimerais améliorer, mais je suis vraiment content de ma silhouette."

Vous voyez, les hommes ne sont pas tous à l'aise avec leur corps, car ils subissent eux aussi le diktat de la beauté véhiculée par la mode et les médias! Et pourtant, chaque homme dégage quelque chose de charmant, comme toutes les femmes; et ce quelque chose, cette aura, séduira forcément quelqu'un, il suffit de rester soi-même, d'assumer son corps et d'avoir confiance en soi. Merci donc à ces hommes d'avoir osé se mettre torse nu, vous êtes beaux!

Bonne lecture!

Source: http://pourvivreheureuxvivonsallege.blogspot.fr/2015/10/les-hommes-aussi-sont-complexes.html

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Rester soi-même, assumer son corps aussi, mais j'avoue que j'ai pris confiance en moi grâce aux échanges que j'ai eu avec d'autres, qui, comme moi, se prenaient la tête pour ressembler à tout prix à tous ces gars ultra musclés.
Répondre